Résultats de recherche pourmarketeurs

3 façons d’augmenter votre taux de conversion

3
comment augmenter le taux de conversion
En marketing, celui qui teste le plus, gagne le plus !

Augmenter votre taux de conversion revient à augmenter votre volume de vente, c’est donc un élément crucial sur lequel se concentrer. Le faire passer de 2% à 3% représente une augmentation de … 50% !
Oui mais alors comment s’y prendre ? Plus de pub ? plus de contenu ?

De petits ajustements amènent souvent des résultats probants.

Vous vous êtes investi au maximum dans la création de votre dernier site d’e-commerce, blog ou site “vitrine” représentant votre entreprise. Le design a été murement réfléchi, le contenu optimisé pour le référencement naturel, le traffic est au rendez vous et vous vous demandez maintenant comment convertir plus de visiteurs en clients ou prospects. Rassurez vous, vous n’êtes pas les seuls. Voici 3 conseils essentiels pour vous aider :

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

monétiser son blog avec peu de trafic, comment convertire une augementation en % en fr, exemple demande d\information sur une formation dans une société, les etapes pour augmenter le taux de conversion de son site, convertir video pour dominer volume, taux conversion sur site vitrine

Revenus de ce blog pour Août – 10 455 €

R
[Remarque importante : si vous possédez un site web, une newsletter ou un blog, qui a un public d’entrepreneurs, alors mon programme d’affiliation va vous intéresser.]

Dans cet article, je participe pour la dernière fois à la mode de publier les revenus mensuels du blog. Je vais donc tout d’abord vous indiquer les chiffres réalisés par ce blog « Le Marketeur Français ». Je possède de nombreux autres blogs, dont un consacré justement au blogging professionnel.
Comme je suis tout-à-fait conscient que ces chiffres sortent de l’ordinaire, j’explique également dans cet article certaines de mes sources de trafic, et je fais quelques précisions importantes qu’aucun web-marketeur n’annonce publiquement.

Soyez attentif, je pense que cet article va énormément vous intéresser si vous avez le projet de vendre grâce à Internet.

Les chiffres

 

4 251 visites, 9 549 pages vues

Comme vous pourrez le voir sur le graphique, l’activité du blog a été essentiellement concentrée sur la seconde moitié du mois d’Août (à partir du 16). J’ai notamment posté sur le blog un article (le seul du mois d’Août !) annonçant une conférence vidéo, mais j’ai surtout mis quelques-uns des articles du blog en page de remerciement de l’inscription à ma formation Séduire Le Client.

Ceci est important : quel que soit l’entonnoir marketing que vous avez développé sur votre site ou votre point de vente, vous devez clairement indiquer au prospect la prochaine action à entreprendre. Ne le laissez pas dans une impasse. Si votre page de remerciement après une inscription à votre newsletter dit juste « Merci ! » alors vous avez clairement raté une occasion en or d’apporter davantage de valeur ajoutée au visiteur – par exemple en lui vendant votre produit, ou en l’invitant à lire vos meilleurs articles (qui, eux, vendent le produit !)

2 200 inscrits à la newsletter

Au cours du mois d’Août, j’ai franchi la barre des 2 000 abonnés. Attention, la plupart de ces abonnés ne viennent pas du blog  : je n’ai pas 2 200 abonnés pour 4 200 visites; c’est l’inverse, la plupart des visites du blog sont les nouveaux abonnés qui visitent le blog après avoir saisi leur email.

Maintenant, passons au vrai chiffre croustillant. A partir de ces 2 200 prospects j’ai réalisé au cours du mois d’Août (plus exactement au cours des 10 derniers jours)…

10 455 € de ventes entre le 22/08 et le 30/08

Voici comment se déclinent ces dix mille euros de vente.
Pendant la dernière semaine d’Août, j’ai accepté quelques dizaines d’inscriptions pour ma formation marketing.
(Ne cherchez pas de lien sur ce blog ou ailleurs, les inscriptions sont fermées pour le moment)

Mais je ne compte ici que les inscriptions directement générées du fait de l’existence de ce site/blog « Le Marketeur Français ».

En l’occurence, 1 personne a acheté le cours via le lien d’un affilié qui m’a connu grâce à ce blog. Et 4 entrepreneurs qui sont des lecteurs de ce blog ont aussi décidé d’investir dans cette formation, directement après avoir suivi les liens provenant du blog.

Au tarif de 3 paiements de 697 euros chacun, cela représente 5 * 3 * 697 = 10 455 €.

Mais évidemment, puisque vous suivez avec attention, vous réalisez que puisque ces clients règlent en 3 fois, le montant réellement déposé en banque à ce jour est de « seulement »…

3 485 € encaissés

Entrons dans le détail un instant, c’est important.
La plupart des marketeurs du Web français (c’est encore pire aux Etats-Unis) ne connaissent rien au monde de l’entreprise, et ont tendance à annoncer des chiffres astucieusement choisis pour impressionner le chaland.

Le grand classique est d’annoncer les ventes « brutes » toutes taxes comprises. Mais personnellement, j’ai un goût limité pour l’argent virtuel.

Puisque mon entreprise est immatriculée en France et paie la TVA, le véritable volume généré en Août est donc « amputé » de 19,6% (je considère cela comme une donation de six cent euros pour entretenir les écoles).
Ce qui nous amène au chiffre réel de 2913,88 € générés par le blog pour le mois d’Août.

Maintenant, laissez-moi vous indiquer quel as j’avais dans ma manche pour booster ces chiffres. Souvenez-vous, j’ai insisté sur ce blog sur la nécessité de construire une entreprise solide au lieu de faire votre marketing au hasard. Je connais mes chiffres. Je connais l’efficacité de ma campagne marketing. Ce qui m’a permis d’investir avec confiance…

1 210,33 € de frais publicitaires

J’aime bien le blogging. J’aime bien l’idée de pouvoir démarrer une startup sans investissement financier de départ, avec juste un clavier et un rêve en tête.

Mais dans le monde réel, il faut savoir investir intelligemment pour avoir un retour sur investissement concret. (vous avez déjà entendu parler de retour sans investissement ?)

La majorité du trafic de ce blog est payant. Une partie non négligeable vient du réseau Google Adwords, une autre partie vient de partenaires stratégiques et d’affiliés. (si vous voulez rejoindre mon programme d’affiliation et toucher d’imposantes commissions tout en recommandant des formations de qualité, consultez cette page. Je viens de signer un chèque de 5 382 € à un affilié pour ce même mois d’Août. Je sera ravi de vous envoyer des commissions de cette taille, ou même des montants encore plus imposants !)

J’aurais pu attendre de voir le traffic de ce blog augmenter « tout seul » par la qualité du contenu – cela arrivera petit à petit. Mais comme aime à le répéter l’impétueux Jordan Belfort, « la seule façon de devenir riche, c’est de le faire rapidement ! » Après tout, si vous touchez 25 000 € par an pendant une carrière de 40 ans, cela ne fait pas de vous un millionnaire n’est-ce pas ?

J’ai donc décidé d’accélérer la croissance de ce site – et avec un retour sur investissement mesurable et qui continuera de s’améliorer dans les prochains mois.

Oh, un aveu avant de terminer – je vous ai caché quelque chose.

Je n’ai comptabilisé dans cet article que les ventes de produits effectuées au cours du mois d’Août via le trafic de ce blog.

Je n’ai pas comptabilisé les ventes de services de consulting…
Comme le contrat de plusieurs dizaines de milliers d’euros signé en Août, posé sur mon bureau.

Je n’entrerai pas plus dans le détail ici, car j’ai fait un « prix » à ce client par rapport à mon tarif actuel parce que son projet m’intéressait… et je préfère éviter d’afficher des prix discount où que ce soit sur mon site.

Mais c’est quand même un plaisir dont je ne me lasse pas… recevoir des chèques à 5 chiffres (avant la virgule) dans ma boîte aux lettres.

Souvenez-vous, en tant que nouvel entrant sur un marché vous devez entrer sur ce marché par le haut. Toute autre stratégie risque d’être une lourde perte de temps.
J’ai publié cet article dans l’unique but de donner un exemple d’entrée sur le marché par le haut. Quelle ancienneté pour ce blog ? 3 mois. Combien d’articles sur ce blog ? une dizaine. Quel meilleur exemple d’entrée par le haut sur le marché ?

Tiens, une petite parenthèse importante si vous rédigez ou voulez rédiger un blog :


Votre visiteur ne se soucie certainement pas de la fréquence de vos publications.
Les 10 articles de ce blog contiennent plus de conseils marketing solides pour construire une entreprise leader de son marché, que certains sites, livres, ou formations entières de marketing qui font des centaines ou des milliers de pages.
Quand vous créez du « contenu » (blog, site web, newsletter, brochure, courrier publicitaire) ne vous concentrez pas sur votre production – concentrez vous sur la valeur reçue par le prospect ou client.
Je reviendrai sur la création de contenu marketing à une autre occasion.

C’était la première et dernière fois que je publie les chiffres générés par ce site, si vous avez la moindre question n’hésitez pas à la poser ci-dessous.

Si vous possédez un site ou une mailing list que mes formations marketing peuvent intéresser, rejoignez dès aujourd’hui mon programme d’affiliation.
Et si vous voulez arriver en un temps éclair à une position de leader sur votre marché, et que vous êtes prêt à investir et vous consacrer à fond à votre projet, je peux vous aider. Cliquez ici pour me contacter (lisez bien les conditions auparavant !)

Sébastien

P.S – Encore une fois : les conseils concrets que je partage ici sont issus de mon expérience réelle et de celles de mes clients dans des dizaines de marchés différents, dont la grande majorité n’ont rien à voir avec le « marketing internet ». Je connais un entrepreneur qui applique ce type de stratégies… à la vente de chapeaux en paille tressés en Amérique du Sud !
L’activité principale de ma propre entreprise n’a rien à voir avec ce monde particulier des « cours de marketing ». N’imaginez pas une seconde que votre marché soit différent, ou que vous ne pouvez pas arriver à des résultats semblables dans votre secteur.

Sujets abordés dans cet article :

le marketeur français blog, chiffres vente chapeau france, je connais mes chiffres

Marketeur : vendre sur Internet ou construire un business ?

M

Cet article est le premier d’une série où vous allez apprendre comment multiplier le chiffre d’affaires de votre marketing web ou hors-ligne.

Quelque soit votre « étiquette » – entrepreneur, blogueur, association caritative, webmaster… la seule activité qui met du pain sur votre table, c’est le marketing.

Rien ne se passe tant qu’aucune vente n’a eu lieu. Tant que vous ne vendez pas, votre loyer n’est pas payé, vos factures restent en attente, vos enfants meurent de faim et votre femme vous regarde d’un oeil accusateur.

Mais avant de partager avec vous des techniques concrètes pour augmenter votre chiffre d’affaires, je vais faire une distinction.
Aux Etats-Unis, une véritable communauté s’est formée sous la bannière du « Marketing Internet. » Des dizaines de milliers d’Américains suivent ce nouveau rêve en s’inscrivant sur des forums et en se donnant le titre de « Marketeurs Internet. » Mon mentor Frank Kern vient même d’accepter de participer à un film documentaire (« Add to Cart » ) sur cette communauté.

Et ce phénomène de mode va sans doute arriver en France dans les 2 prochaines années. On lui donnera peut-être le titre d’infopreneur ou de web-entrepreneur.

Malheureusement,

Le « Marketing Internet » ça n’existe pas.
Malgré tous les gadgets, le jargon « 2.0  » et le buzz sur ce nouvel Eldorado…
Un Marketeur WEB c’est un Marketeur amputé de son véritable potentiel.

Si vous vous définissez comme "Marketeur Internet", alors vous êtes un peu comme l'homme de la photo : vous êtes amputé de vos vraies capacités, mais fier d'avoir des jambes électroniques "2.0".

La base du marketing est simple :  trouver un Média adapté pour communiquer avec le Marché, et y diffuser un Message de vente.

Les progrès offerts par le marketing « sur Internet »

Internet a permis d’ouvrir de nouveaux espaces de communication : résultats des moteurs de recherche, sites Web, email, Facebook.
Internet a aussi donné à des Marchés la masse critique qui empêchait auparavant de les rendre rentables. C’est le phénomène de la « longue traîne » – il n’y a peut-être qu’une personne sur 1 000 dans votre ville qui soit intéressée par le tressage subaquatique de paniers en osier, mais cette proportion sur les 20 millions d’internautes Français donne un Marché potentiel de 20 000 prospects.

Les dangers du marketing « sur Internet »

Si vous vous définissez comme « web-entrepreneur », ou marketeur Internet, vous limitez à la fois vos résultats actuels et votre réussite à long terme.

  1. En n’utilisant qu’un seul média comme unique source de prospects, vous vous fermez l’accès à des millions de prospects qui n’utilisent pas Internet pour faire leurs achats (même s’ils sont en ligne, même s’ils voient votre vidéo). 40% des Internautes restent méfiants face aux achats en ligne.
  2. En n’utilisant qu’un seul mode de paiement en ligne, vous fermez instantanément votre processus d’achat à des pays entiers ou de larges tranches de la population. Si vous utilisez uniquement Paypal, vous pourriez doubler votre chiffre d’affaires en possédant une plus large plate-forme de paiement comme Paybox. Je l’ai vu de mes yeux en 2009 sur l’une de mes activités. Si vous n’acceptez pas les chèques, vous pouvez augmenter de 10% au moins vos commandes en acceptant ce mode de paiement – et beaucoup plus si vous vous adressez à des prospects peu habitués au commerce en ligne : population non citadine, ou plus de 35 ans.
  3. En n’utilisant qu’un mode de contact de vos prospects (l’e-mail) vous perdez un volume incroyable de ventes additionnelles. 80% de vos clients et prospects ignorent vos emails. Ce ne sera pas le cas avec une campagne postale ou téléphonique bien orchestrée.

Le dernier risque que vous courez :
Qu’allez-vous devenir quand il n’y aura plus d’Internet ?

…Je plaisante bien sûr ! Internet ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Tout comme le démarchage porte-à-porte et le Minitel, c’est un support de vente qui est là pour durer.

Mais plus sérieusement, quelle est la viabilité de votre business Internet face à une défaillance d’un des maillons de votre chaîne :

  • Que se passe-t-il si vous n’êtes plus positionné dans Google ?
  • Que se passe-t-il si votre compte Adwords est fermé ? Ou si Clickbank ferme ses portes en Europe ? Ou si aWeber met les clefs sous la porte ?
  • Que se passe-t-il si une nouvelle législation vous empêche de contacter vos prospects par email ?

Voici comment entrer dans la cour des grands, si vous voulez réellement atteindre votre potentiel en tant que marketeur.

Votre première étape est de vous protéger des points critiques de défaillance :

  • Toujours posséder une sauvegarde récente de vos données (bases de données, fichiers sources de vos sites, listes de contacts, prospects et clients)
  • Obtenir de vos clients les moyens de les contacter via plusieurs modes de communication : email, téléphone, et adresse postale.
  • Diversifier vos lieux de présence : être présent dans la presse avec une stratégie média, et expérimenter de nouveaux moyens de promotion – magazines, spots radios, ride-along avec les produits de vos concurrents.

Votre seconde étape : créer un effet de levier.

Pour développer de façon explosive votre chiffre d’affaires, il faut :

  1. Augmenter le nombre de clients,
  2. Augmenter le panier moyen par client,
  3. Augmenter la durée d’activité de vos clients et la fréquence de leurs achats.

Le meilleur moyen de progresser sur ces 3 axes est d’utiliser un Lancement Orchestré pour vos produits, mais il existe d’autres stratégies que je vais aussi présenter sur le site Le Marketeur Français.

Je vais développer dans les prochains articles des tactiques concrètes pour développer vos ventes en utilisant ces 3 pistes – sur Internet ET dans le « monde réel ».

En attendant, j’insiste sur le message principal de cet article :

Vous devez construire votre business sur Internet comme une véritable entreprise, si vous voulez réellement maximiser le résultat de vos efforts et courir le moins possible de risques sur le long terme.

Si vous souhaitez recevoir davantage de conseils pour vendre sur Internet, cliquez ici et indiquez-moi simplement à quelle adresse je dois vous les envoyer.

Sujets abordés dans cet article :

Warrior forum, Doubler son chiffre d'affaires sur internet, frank kern, technique pour augmenter le chiffre d\affaire, comment vendre sur web par la strategie de marketing, comment passer de marketeur a marketeur web, peut- on vendre une avec la stratégie, les technique pour augmenter le chiffre d\affaire, marketeur internet, procédé pour vendre sur internet çàà

Mieux vaut être riche sans Twitter, que pauvre sur Twitter.

M

Si vous comptez sur les « médias sociaux » pour réussir en tant qu’entrepreneur, alors voici 4 vérités qui vont vous économiser un temps fou.

FAIT #1. Personne n’est devenu riche en utilisant Facebook et Twitter, ou les autres « réseaux sociaux ».

J’ai rencontré beaucoup de riches web-entrepreneurs. Au cours des 12 derniers mois, j’ai fréquenté plusieurs DIZAINES de millionnaires de l’Internet. Certains noms connus comme Frank Kern, Eben Pagan, Jeff Walker, Andy Jenkins, Tony Robbins… et beaucoup d’autres millionnaires plus discrets qui ne vendent pas des cours de marketing, mais des produits dans beaucoup d’autres niches.

AUCUN D’ENTRE EUX N’UTILISE FACEBOOK OU TWITTER POUR GAGNER DE L’ARGENT.

Petite précision : je parle bien évidemment de l’utilisation « micro-blogging » : mettre son statut à jour, avoir un maximum de « friends », de « fans » et de « followers ». Je ne parle pas d’utiliser Facebook PPC Ads pour faire de la pub au coût par clic. Et je ne parle pas d’utiliser ces réseaux pour créer une poignée de partenariats stratégiques avec des PDG ou des entrepreneurs qui sont inaccessibles par email.

La triste vérité est bien la suivante :

  1. Il y a de nombreux millionnaires « visibles » qui utilisent de TRES NOMBREUSES stratégies différentes : l’affiliation, l’arbitrage, le marketing de niche, le consulting, la co-registration… Il serait bizarre que les millionnaires de Twitter soient tous invisibles… quand on sait que le plus gros « atout » de ce réseau est la transparence.

FAIT #2. Ceux qui vantent les mérites de Facebook et de Twitter et d’avoir « une relation avec ses followers et ses fans », ne gagnent pas leur vie avec Facebook et Twitter.

Pour être honnête et précis, j’ai rencontré 3 personnes – TROIS sur des dizaines de millionnaires – qui sont devenues riches grâce à Facebook et Twitter :

  1. Maria Andros, qui a réalisé un lancement orchestré à 6 chiffres (plus de 100 000 dollars de ventes) pour son cours expliquant « comment monétiser les médias sociaux ».
  2. Don Crowther, qui en associant à l’université en ligne StomperNet son cours multimédia sur « comment monétiser les médias sociaux » (S.M.A.R.T.S) a réalisé quelques millions de chiffre d’affaires depuis 2007. J’ai d’ailleurs eu l’occasion en Février de réaliser une consultation marketing pour Don pour le relancement de SMARTS en 2010, au sein du séminaire « Product Launch Manager » à Los Angeles.
  3. Perry Belcher, qui a réalisé une belle performance en 2008 avec son cours multimédia sur « comment monétiser les médias sociaux ». Depuis, il a arrêté le marketing Internet, en partie à cause de la mauvaise réputation qu’on lui faisait sur les médias sociaux.

Notez bien ceci :

Le SEUL point commun de ceux qui sont devenus riches grâce à Twitter n’est PAS que ce sont de gros utilisateurs de Twitter ou qu’ils ont beaucoup de « followers ».

Leur point commun est qu’ils VENDENT des cours au sujet de Twitter, qu’ils surfent sur l’effet de mode, et qu’ils n’utilisent MEME PAS Twitter comme moyen principal de promotion de leurs produits. Ils utilisent de « vrais » médias, comme les mailing lists de leurs partenaires et associés.

Même certains professionnels du « marketing 2.0 » admettent que les utilisations possibles des réseaux ne sont pas à mettre au centre d’une campagne. Quand la question se pose de l’utilisation à faire d’un outil… peut-être que l’outil lui-même est inutile.

Au cours d’un séminaire « JV Alert » auquel j’ai participé à Orlando en 2009, j’ai rencontré des DIZAINES de « reines de Twitter », « experts des réseaux sociaux », « Princes du marketing Facebook », « consultants en stratégie des médias sociaux », etc etc. Tels sont les noms qu’une nouvelle génération de marketeurs factices impriment sur leurs cartes de visite gratuites Vistaprint.

Le marketing a une seule et unique vocation : vendre le produit. Le faire sortir des rayons, et les mettre dans le caddie du client.
Un « marketeur » qui ne peut pas montrer un RETOUR SUR INVESTISSEMENT MESURABLE est un charlatan !

Ce qui m’amène au point #3 :

FAIT #3. Un « fan » ou un « follower » ne paient pas le loyer, ne paient pas le pain ni l’eau courante.

Les champs de « statut » ou d’ « update » ne sont pas une fenêtre de communication efficace, pour deux raisons :

  1. L’audience n’est pas captive mais distraite, votre tweet ou update est noyé dans ceux de tous les « amis » qui font circuler la dernière vidéo comique en vogue.
  2. Vos clients veulent votre produit ou service pour atteindre un rêve ou résoudre un problème, pas pour être votre ami. Les photos de vacances ne font pas un argumentaire de vente intéressant ou efficace.

Le « chiffre standard » de l’industrie du marketing direct, dit qu’un email volontairement inscrit à une newsletter rapporte en moyenne $1 (0.7 €) de ventes par mois. Autrement dit, une mailing list réactive de 10 000 noms représente 10 000 € par mois si on communique correctement son message marketing.

Qu’en est-il des médias sociaux ?

QUE VAUT UN « FOLLOWER » ?

Quelqu’un peut-il donner un chiffre ?

FAIT #4. « Twitter » (tweeter ?), ou « socialiser sur Face », fait de vous quelqu’un d’actif, pas productif.

Idem pour tous les derniers gadgets Web 2.0 à la mode.

Répondre individuellement et personnellement à chaque lecteur, abonné, ou même client met une LIMITE à l’effet de levier d’une présence web. (Je n’ai pas dit que ces lecteurs et clients ne doivent pas recevoir une réponse individuelle ! le paradoxe du support client et de l’intervention personnelle, par exemple dans les commentaires d’un blog, mérite un article à part)

Oui, on se sent bien quand on clique un peu partout sur Twitter et Facebook et qu’on voit un retour des autres (commentaires, « j’aime », augmentation des statistiques…) C’est un phénomène psychologique connu sous le nom de « ambient awareness » (perception du milieu ambiant) qui se déclenche quand il y a quelque chose de nouveau dans notre environnement. On se sent bien, et important… comme quand on vérifie 20 fois par jour ses emails.

Mais c’est une PERTE DE TEMPS COLOSSALE, quand il y a des façons bien plus directes de démarrer une activité rentable.

Donnez-moi n’importe qui avec un minimum de compétences dans la vente ou le marketing, ET un minimum de compétences dans n’importe quel type de secteur.

En moins d’une journée, cette personne pourrait générer un chiffre d’affaires considérable (quelques centaines d’euros pour quelqu’un qui manquerait de confiance ou voit petit, beaucoup plus avec un peu d’ambition). En tout cas 20, 50, ou 100 fois plus que la menue monnaie qu’on peut se faire en UN MOIS sur Twitter. Il suffit de passer les bons coups de fil aux bons partenaires commerciaux potentiels, et de savoir vendre un concept de produit, pour créer un partenariat stratégique et faire des ventes. Je reparlerai peut-être de cette stratégie une autre fois

Même sans faire ce type d’effort, construire son propre site ou blog est une stratégie bien plus efficace à long terme que de se faire une position sur les réseaux sociaux.

Un compte Facebook ou Twitter n’est PAS une véritable ressource. Vos amis, vos conversations, vos connexions ne vous appartiennent pas. Elles appartiennent à Facebook et elles peuvent disparaître du jour au lendemain sur une décision d’un administrateur ou d’un modérateur.

Il n’y a AUCUNE assurance que Twitter existe encore dans 3 ans (je miserais même sur le contraire). Quand vous achetez VOTRE nom de domaine, sous réserve de sauvegarder votre site régulièrement, vous êtes au moins à l’abri de la faillite d’une société qui attend un miracle pour trouver son modèle économique.

De plus, utiliser les réseaux sociaux pour obtenir du traffic est un effort à faible effet de levier (je suis en désaccord sur ce point avec l’article d’Olivier Roland sur le traffic web, qui en-dehors de ceci est tout à fait excellent.)

C’est pour ce type de raison que les marques françaises restent frileuses par rapport à twitter,

Conclusion : Utiliser Twitter pour le marketing de son entreprise, c’est comme regarder la TV pour se cultiver.

C’est facile, ça fait se sentir bien, c’est pratique pour suivre le foot, et ça donne un sujet de conversation autour de la machine à café.

Et c’est tout.

Si vous passez actuellement plus de temps sur ces réseaux que dans votre propre « jardin » (site ou blog) sur Internet, alors rentrez chez vous, débroussaillez un peu, et appliquez vos capacités à des activités qui auront un véritable effet de levier pour vous. Le commentaire de Mohamed sur mon article précédent est un bon cri d’alarme !

Sujets abordés dans cet article :

utiliser publicité or marketing reseaux sociaux or facebook or google plus, andy jenkins, pub devenir riche sur facebook, formation facebook marketing video, twitter le marketeur francais, liste des nom des riche qui sur facebook, quest ce qui se vends le mieux sur internet, qui vend les followers sur facebook, maria andros, memoire comment monetiser sa newsletter

Ouf… le web français se professionalise

O

Est-ce que le monde du blogging en France va évoluer au cours des 2-3 années à venir, et se professionaliser ?

Je viens de lire un article très intéressant sur Read Me I’m Famous, et c’est ce que l’auteur, Aurélien, semble penser.

Après avoir fait un peu le tour des blogs français sur l’entrepreneuriat et le développement personnel, mon avis est plutôt mitigé.

D’un côté, je reste convaincu que le blogging, en soi,  est un mauvais modèle économique :

  • Le flux d’entrée (le traffic) est limité, si le bloggeur ne fait appel qu’à des sources de traffic gratuit, ce qui est le cas pour 99% d’entre eux. Sans utiliser le PPC, l’affiliation au CPA ou une stratégie presse, les blogueurs se retrouvent à brasser le même traffic « recyclé » entre eux. Or si ce modèle (échanger du traffic) fonctionne très bien pour les marketeurs à grand succès, c’est parce que chacun profite des efforts des autres pour toucher du traffic « neuf ». Cela ne fonctionne que si chaque acteur du marché a sa propre stratégie traffic.
  • Les blogs (dans leur design par défaut) font partie des sites internet les moins efficaces. L’usabilité (en termes de marketing) d’un blog est très limitée, tout simplement parce qu’il y a trop de choses à faire sur un blog, trop de distractions – laisser un commentaire, faire un trackback, cliquer sur le lien dans l’article, revenir à l’accueil, aller voir le blogroll, lancer une recherche,changer de catégorie… le blogueur ne maîtrise absolument pas le trajet du visiteur sur son site – sauf dans le cas de très rares blogs très épurés, comme Blogueur Pro, celui d’Olivier Roland (qui mériterait tout de même d’être organisé selon un parcours d’apprentissage).
  • Et beaucoup d’autres raisons, selon moi, font du blog un système limité. Comme par exemple le fait que les blogueurs ont une très mauvaise répartition de leur activité, si on se penche sur ces efforts en jetant un oeil au « 80/20 ». J’y reviendrai certainement plus tard.

Mais d’un autre côté, il faut reconnaître un trait de caractère très particulier à notre blogosphère française : ses membres sont très soudés ET semblent ouverts à utiliser des méthodes nouvelles si elles ont fait leurs preuves.

Il y a quelques mois, j’ai dû lutter contre un certain blogueur pour lui démontrer qu’il devait mettre un formulaire d’inscription à sa newsletter en « lightbox » sur son site (autrement dit, l’afficher par-dessus le blog, forçant les visiteurs à faire le choix entre s’inscrire, ou fermer la lightbox pour voir le site). J’ai argumenté, râlé, tempêté, câjolé, usé des pires chantages et même secrètement jeté un sort vaudou à son site,pour qu’il accepte de faire l’essai.

A ce moment précis, j’étais convaincu  qu’on ne verrait jamais ce type de formulaire apparaître sur les autres blogs francophones… J’ai été plaisamment surpris – apparemment, le succès de cette méthode a fait des émules, et les blogueurs sont maintenant nombreux à disposer d’un embryon de mailing list pour communiquer sur leurs nouveaux articles.

A mon avis, c’est là que va se jouer le futur de la blogosphère « professionnelle » française :

  • Le développement de nouvelles sources de traffic,
  • et la véritable utilisation du pouvoir de l’email (pas de twitter, pas de facebook. mais c’est un autre débat)

Sujets abordés dans cet article :

read me im famous, readme im famous, read me im famous, les blogs avenir, readmeiam famous, read me i famous, avenir des blogs, read me I am famous, l\avenir du blog, aweber marketing

Pourquoi « Le Marketeur Français ? »

P

« Bonjour, je m’appelle Sébastien, et je suis Le Marketeur Français ».

C’est ainsi que je commence chacune de mes interventions dans les séminaires marketing auxquels je participe aux Etats-Unis. (Hi, My name is Sebastien, and I’m the French Marketer)

En Français, cela peut paraître un peu présomptueux de m’accaparer ce titre – LE marketeur, mais sur la scène internationale il faut bien avouer que la France est extrêmement peu représentée… Au point que Frank Kern, Jeff Walker, Andy Jenkins, et la plupart des célébrités du Marketing Internet en sont venus à simplement m’appeler « The French Marketer ».

J’ai donc gardé le surnom.

Il y a une deuxième raison qui m’a poussé à conserver ce titre provocateur :

IL N’Y A QUE TRES PEU DE BLOGS FRANCAIS SUR LE MARKETING… ECRITS PAR DES MARKETEURS.

Depuis 3 ans, je me suis occupé de mes projets et de mon entreprise en m’intéressant presque uniquement au marketing « à l’américaine ». Je suis allé à la rencontre de phénomènes tels que Frank Kern, John Reese, Tony Robbins, Mike Filsaime, Andy Jenkins… dans le but de comprendre ce magnifique mystère qu’est le marketing.

Puis, il y a quelques mois de cela, je me suis demandé s’il y avait aussi des experts français à étudier.

La plupart des blogs que j’ai rencontrés sur le Web Français m’ont beaucoup surpris. Soit il s’agit simplement de blogs hobbies, qui se contentent de relayer le dernier « buzz » des grandes marques… soit de blogs personnels, dont l’auteur semble passionné par le marketing, mais ne semble pas du tout l’utiliser au quotidien.

Pas de stratégie, pas de capture d’information prospect, pas de campagne suivie, pas de produit à vendre…

Sur certains de ces sites, j’ai retrouvé des posts datant de 2007 (!) où l’auteur annonce son objectif de « monétiser » l’audience du blog… et 3 ans plus tard, la seule « monétisation » présente est basée sur de la publicité Adsense.

J’aimerais proposer une autre voie.

Je n’ai pas la prétention de critiquer, d’attaquer qui que ce soit, je souhaite simplement partager des conseils marketing issus non pas de mes lectures, mais de mon expérience et des cas d’étude que j’ai vus de mes yeux dans mon propre business, et dans les entreprises de mes mentors.

Et j’espère bien que blogger sur le sujet me donnera la possibilité de rencontrer d’autres blogueurs, passionnés par le marketing et à l’esprit ouvert, que ma recherche Google ne m’avait pas permis de croiser.

Bienvenue sur le site du Marketeur Français !

Sujets abordés dans cet article :

le marketer, le marketeur francais, Le marketer, le marketeur français, le marketer, le marketer, sebastien le marketeur francais, marketer francais, le marketeur francais blog, le marketeur français

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */