Comment réussir le lancement de son activité ?

C
Lancer son activité
Il est important de se renseigner et d’effectuer les bonnes démarches avant de se lancer dans la création de sa société.

Cet article est proposé par Agathe Vezignol

Chaque année le nombre de personnes se lançant dans l’aventure entrepreneuriale augmente. De janvier à octobre 2014 ce sont plus de 465 000 entreprises qui ont été créées ce qui correspond à une augmentation de 2% sur l’année. Si ce chiffre est encourageant, il ne faut pas oublier que certaines d’entre elles déposent le bilan au bout de moins d’un an d’existence.

Comment éviter cela ?

Bien choisir son statut juridique

En effet, le choix du statut est déterminant dans la création d’une entreprise. C’est lui qui va déterminer de son implication financière dans la société. On trouvera par exemple les sociétés à responsabilités limitées (SARL, EURL) qui permettent aux entrepreneurs de ne prendre des risques qu’a hauteur de l’apport de capital de la société.

Par exemple, dans le cadre de la création d’une SARL avec un capital de 5000 € si l’entrepreneur fait face à des difficultés il sera tenu de ne rembourser uniquement les apports qu’il a amenés dans l’entreprise que ce soit en numéraire ou en nature. Pour le reste il n’est pas responsable.

En revanche, il faut savoir que les banques ou les différents investisseurs sont plus frileux à l’idée d’investir dans une société à responsabilités limitées car ils n’ont pas la certitude de récupérer leurs investissements. Ils ajoutent souvent des clauses pour se couvrir en cas de dépôt de bilan.

Le statut juridique est aussi important en fonction du capital que l’on souhaite injecter dans sa société et du nombre d’associés au projet.

Par exemple pour une SA le nombre minimal d’associés est de 7, dans une SARL de 2 et il n’y a pas de minimum pour une SAS. Le capital minimum d’une SA est de 37 000 € et il n’y a pas de minimum pour les SARL et SAS.

La SAS est le statut privilégié des entrepreneurs car il offre la souplesse de la SARL avec une création très simplifiée tout en apportant la confiance aux partenaires financiers car la responsabilité n’est pas limitée à l’apport en capital.

Il est fortement conseillé de bien réfléchir à son statut et à tous les éléments autour comme le capital ou le nombre d’associés avant de créer son entreprise. En effet, une fois créée l’entreprise doit pour tous changements (augmentation du capital, cession de parts…) modifier ces statuts auprès du greffe du tribunal du commerce.

Il vaut donc mieux éviter ces démarches longues et payantes en étant sûr de soi dès le début des démarches.

Des entreprises peuvent vous aider dans le cadre de la création d’entreprise pour toutes les démarches de statuts juridiques comme Digidom.

 Avoir un business plan solide

C’est un point évidemment essentiel lorsque l’on lance son entreprise. Il faut bien avoir pris connaissance du marché et s’être posé les bonnes question :

Si je suis sur une niche : mon produit ou service répond-il à un vrai besoin ?

Vous aurez donc effectué en amont des études pour valider votre idée et vérifier que votre projet trouverais bien preneur quel que soit son business model.

Si je ne suis pas sur une niche : quel est mon plus par rapport à la concurrence ?

Le plus peut être sur le produit ou le service directement grâce à une innovation technologique, un design plus moderne mais aussi sur le positionnement stratégique, la communication…

En tous les cas le mieux est de partir d’un insight consommateur, c’est à dire de problématiques, de motivations ou des attentes des clients potentiels.

Par exemple M&M’S a répondu à l’insight consommateur « le chocolat fonds sur les doigts » via son slogan : « M&M’S, le chocolat qui fonds dans le bouche, pas dans la main ».

 Une fois cette insight identifié et en fonction de ce qu’il dégage, il faut y répondre avec une innovation, une communication ciblée…

Il faut également bien connaître son marché, sa concurrence et sa cible et étudier ce que l’on appelle les « 4P » qui sont le produit (product), le prix (price), la distribution (place) et la communication (promotion).

Une fois ces éléments clairement définis, il faut passer à la partie plus rébarbatives et qui ne dépend plus uniquement de l’entrepreneur à savoir les financements. Il faut évaluer ses ressources et ses besoins, ses prévisions de coûts, de chiffre d’affaire…

Pour cette dernière partie, il peut-être intéressant de se faire épauler par un expert comptable notamment dans le cas ou l’entreprise a besoin de fond pour son démarrage.

En effet, le business plan sert a avoir une vision d’ensemble du projet, sa faisabilité et sa viabilité auprès de futurs partenaires financiers.

Dans le cas ou l’entreprise ne nécessite pas de trésorerie pour se lancer, un business plan n’est pas obligatoire mais est tout de même recommandé. Il permet d’y voir plus clair et d’étoffer son discours commercial ou de communication sur de réels arguments.

Il est important de se renseigner et d'effectuer les bonnes démarches avant de se lancer dans la création de sa société. - Agathe Vezignol
Cliquez ici pour retweeter - Partagez sur Facebook

Choisir son lieu de travail

Quand on créé son entreprise il faut définir le siège de son siège social. En effet, ce point va être demandé au moment de la rédaction des statuts.

La plupart des jeunes entrepreneurs n’ont pas les fonds nécessaire ou l’envie de dilapider leur capital dans un loyer.

Plusieurs solutions sont alors envisageables :

  • Le siège social au domicile : c’est souvent le lieu où naissent les débuts de projets en attendant d’avoir les fonds nécessaires pour accéder à des bureaux. Cette solution, si elle est économique, présente tout de même le désavantage de mêler la vie privée et la vie professionnelle. Elle peut être envisagée dans le cas où l’entrepreneur dispose d’une pièce entièrement dédiée au travail. Les courriers arriveront cependant au domicile et ils ne sont pas toujours agréables à ouvrir au petit-déjeuner.
  • Dans une pépinière d’entreprises : c’est une bonne solution pour les entrepreneurs qui débutent. Elles permettent d’accéder à tous les services d’une grande entreprise et de profiter du réseau de la pépinière (avocat, comptable, marketing, communication…). L’avantage principal de la pépinière est l’effervescence entrepreneuriale qui y règne mais il faut savoir que cette solution est temporaire (souvent jusqu’à 2 ans).
  • Dans une société de domiciliation : c’est la solution idéale pour les nouveaux entrepreneurs. Elle permet de bénéficier d’une adresse de siège sociale qui aurait été inaccessible en tant normal. L’entrepreneur dispose alors d’une boîte aux lettres à son nom et peut indiquer l’adresse de la société de domiciliation sur l’ensemble de ses documents (fiscaux, commerciaux, de communication). L’idéal est alors de choisir une adresse répondant à son positionnement stratégique.

Par exemple pour des produits ou des services haut de gamme il vaut mieux choisir une adresse ayant une réputation de prestige comme le 8ème arrondissement de Paris. Digidom est une société de domiciliation de qualité et très abordable située dans ce quartier du triangle d’Or à Paris.

Voilà, il ne reste maintenant plus qu’à avoir la bonne idée, la volonté et à monter son entreprise !

Déjà 2 commentaires

  • C’est tellement une galère administrative de créer sa boîte en France, surtout quand on est solo entrepreneur, car les chambres de commerce s’en fichent complètement de nous, ça ne les intéresse pas d’accompagner des personnes qui veulent être web-entrepreneur du moins les chambres de commerce de Versailles et de Boulogne…
    Les maisons de l’entreprise, je n’en parle même pas, et pôle emploi même combat.
    Ce qui reste au final ce sont les associations d’entrepreneurs qui accompagnent gratuitement les créateurs, ou bien un coach en création d’entreprise.
    Obtenir une réponse concrète et pertinente c’est une galère !
    Savoir qui peut nous orienter et nous aider c’est une galère !
    Avoir le bon interlocuteur et les bonnes infos adaptées… la même !
    Perso je prévois une formation en ligne expliquant comment créer sa SAS avec document sur étagères ainsi que les trucs à faire et à ne pas faire tellement que je suis devenu un expert sur ce sujet à force de galérer pour chercher les réponses et à ne pas savoir où me tourner…

    Jordane

    • Bonjour Jordane,
      Effectivement quand on n’est pas habitué, monter sa société peut s’avérer compliqué ! Au final, passer par un professionnel peut parfois s’avérer moins cher (en terme de temps passé) et éviter bien des désagréments !
      N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’aide pour monter votre SAS et en tous les cas bonne chance :). Bonne journée

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */