Construire le changement pour devenir un entrepreneur performant

C
modern desk with laptop
Accepter le changement est indispensable pour devenir un entrepreneur performant

Article proposé par David Jeruzalska du blog openstress.com 

Que l’on soit ouvert ou plutôt réticent face au changement, force est de constater qu’il fait partie de notre vie, à chaque instant. Certains vont s’évertuer à l’éviter, d’autres à le croquer à pleines dents. La perspective de construire et de développer une activité entrepreneuriale intègre nécessairement de cultiver le changement mais aussi et avant tout, de l’accueillir comme un tremplin naturel d’évolution. La question est donc de savoir au-delà du pourquoi certains le refusent, pourquoi d’autres l’espèrent, comment envisager une attitude constructive vis à vis de lui. Indépendamment de notre mode de perception.

Historique : l’Odyssée de notre famille

Tout d’abord, il est essentiel de considérer que nous avons tous un mode de fonctionnement lié aux héritages du passé et, en particulier, aux  références qui ont forgé nos réflexes. Selon notre construction intime, notre posture va donc s’orienter:

  • Soit vers un ancrage de sensations concrètes qui vont nous conduire à nous enraciner.
  • Soit vers une dynamique « visionnaire » qui va greffer des ailes à nos semelles.

Partant de ce principe, il est important de se connaître afin de se déterminer au mieux. Pour les uns, les habitudes, les rituels, les automatismes vont être la source de l’équilibre (voire, de la réassurance). Pour les autres, l’imprévu, les opportunités, la nouveauté, l’innovation vont représenter leur quête de sens. Les modes culturels conditionnent une part importante de nos comportements, donc de notre positionnement vis à vis du changement.

L’Actualité : le temps au présent

Nous changeons tous. A travers le temps qui passe, l’évolution est permanente.

Le changement s’effectue soit de façon invisible, soit, vous l’aurez compris, de façon visible.

Pour le mode invisible, l’acceptation provient du fait qu’il est inclus dans l’évolution naturelle et donc acceptable. Parce que conforme aux règles établies et aux normes sociales respectées.

Par exemple:

–  la croissance: le nouveau-né puis l’enfant, puis l’adolescent puis l’adulte.

–  l’évolution affective : célibataire puis marié puis parent.

Mais le changement s’exprime aussi sur le mode visible car sur la volonté du choix et de la décision.

Dès lors, il touche l’espace de l’inconnu et vient heurter les fondations des règles. Il est nettement moins acceptable spontanément et déclenche régulièrement une posture réflexe : la résistance au changement. Dans ce cas, l’idée d’envisager la modification des croyances induit un phénomène réflexe de rejet.

Il est donc essentiel, alors, de construire l’élaboration de nouvelles valeurs référentes, en harmonie avec la personnalité de chacun. Et d’utiliser ce tremplin pour créer un espace de stabilité propice à l’épanouissement où les expériences acquises ne soient pas vécues comme un échec, même si elles sont parfois douloureuses.

Pour accueillir de ses voeux le changement, il est nécessaire d’être empli d’une bonne dose de courage, d’audace, d’esprit novateur et visionnaire. Certains diront d’inconscience.

Ils n’auront pas tort dès lors que cette volonté de changement ne s’accompagne pas d’une stratégie adéquate issue d’une réflexion pertinente.

Le secret : la méthode

Construire le changement revient ainsi à développer une gestion de la nouveauté, envisagée, dans ce cas, comme vecteur d’amélioration de tout ordre et, en même temps, à faire le deuil de ce qui existait et qui n’existe plus.

Le deuil déclenche, dans un premier temps, une nostalgie: « c’était mieux avant » s’entend-on dire fréquemment! Certains vont pouvoir rebondir en considérant que l’évolution attendue renferme en elle les prémices d’une amélioration de la situation. D’autres ne vont voir que la perte (la perte des repères, des habitudes) et, bien évidemment, la regretter. Au point souvent de rester figés. Car les habitudes sont importantes dans les mécanismes de fonctionnement du cerveau. Elles sont source de stabilité, de tranquillité voire de sérénité. Elles procurent une augmentation des compétences par le versant répétitif de leur mode d’action.Elles assurent une forme de reconnaissance sociale des individus du groupe, compte-tenu des mêmes procédures d’expression qui sont ainsi partagées. Mais le versant difficile des habitudes correspond au fait d’engendrer une certaine forme de routine. Au point de créer une potentielle rigidité intellectuelle car le mode de pensées tourne en rond. Seule une méthodologie adéquate  basée sur le script d’enseignements et d’expériences auxquels nous adhérons va nous permettre de la considérer comme une base d’envol et non pas comme une cage.

Le second temps implique l’accueil de la nouveauté comme source d’inspiration créatrice et d’énergie. Là encore, une construction de l’esprit semble nécessaire pour vivre ces instants de façon positive.En effet, la nouveauté n’est pas fondamentalement identifiée comme valeur positive incontournable tant que le deuil n’est pas terminé. Tant que le cerveau reste empli, voire encombré de la présence de ce qui a été et qui n’est plus.Tout l’art consiste à « digérer » cette présence pour en faire des souvenirs.C’est un peu comme des braises qui deviennent des cendres. Le souvenir sort du présent et entre dans le passé : il s’archive. Pour ne pas l’oublier…

A ce moment, la place devient libre !

Donc, vous l’aurez compris, notre propos n’est pas d’opposer 2 systèmes de pensées. Mais, au contraire, de pouvoir les comprendre implicitement afin de tisser des liens naturels entre eux et d’en faciliter leur communication.

L’idée est que nous soyons les Champollion des temps modernes !

Accepter le changement est indispensable pour devenir un entrepreneur performant.
Cliquez ici pour retweeter - Partagez sur Facebook

Une classification : 2 groupes

Pour les cerveaux gauche, le mode de fonctionnement correspond :

Au côté rationnel de la réalité, à la planification, à l’ordre, à l’analyse, à la classification.

Au fait de décortiquer les données, à l’organisation, à la mise en place de procédures étape par étape.

A la sécurisation, à la vision à court terme: ici et maintenant.

A l’élaboration des actions et de leurs conséquences immédiates.

Au recueil de l’information de façon analytique et factuelle, en étant attaché aux signes probants et en étant plus à l’aise avec les sujets pratiques.

Pour un cerveau gauche, la vérification est primordiale. Les risques étant naturellement perceptibles, les démarches éprouvées et les tests référents sont incontournables.

Pour les cerveaux droit, le mode de fonctionnement correspond :

Au côté idéaliste de la réalité, à l’affectif, à la créativité.

Au rêve, à la réactivité, à l’expressivité.

Au côté intuitif qui ressent les arguments avant de les comprendre.

Il est fonceur, briseur de tabous, aimant la surprise, les nouveautés.

Plutôt joueur dans le tempérament, recueillant les informations de façon analytique et globale.

Sa devise est : là-bas et à un autre moment.

Attaché aux symboles, plus à l’aise avec les possibilités, aimant sauter directement à la conclusion, accueillant naturellement le changement et les évolutions.

Pour un cerveau droit, l’idée est primordiale. Le côté visionnaire est naturellement perceptible, la créativité et l’innovation sont incontournables.

Selon nos modes de construction, la vitesse d’acceptation du changement sera très variable et les arguments déclenchant l’adhésion très différents.

Notre piste d’évolution pertinente est donc représentée par la juste adéquation entre nos deux cerveaux. Car, même si l’un d’entre eux reste prépondérant, il est tout à fait opportun d’envisager l’équilibre comme source de performances.Cela représente, justement, la perspective de progression hors de notre zone de confort. Donc, vraisemblablement celle qui nous offrira le plus de potentiels. Puisque nous avons plutôt tendance à ne pas l’exploiter au mieux de ses capacités. Voici donc les prémices d’une perception et d’une compréhension pour envisager une mise en action éclairée.

Pour construire un horizon entrepreneurial à la mesure de nos talents : infini !

 

 

Déjà 2 commentaires

  • Bonjour ,

    Je me suis laissée captiver par cet article dont j’apprécie l’écriture; merci
    je pense que j’appartiens à la dominante du cerveau droit où l’idée et la vision prédomine , et est porteuse à la fois d’ouverture au changement et d’énergie;

    mon cerveau gauche n’est pas inexistant mais demande à se développer c’est sûr…
    Je crois qu’une bonne vieille et traditionnelle structure Mere de David Jay va pleinement y contribuer à cette condition que je m’y colle et que je la colle au développement de tous mes contenus en ligne…

    On s’y colle en 2015 c’est maintenant
    j’en profite pour vous la souhaiter aussi bonne que possible et comme je suis à l’aise avec les possibilités , je dirai que tout est possible…à condition d’ouvrir son esprit avec grande sagacité…

    Je ne m’inquiète pas pour vous
    A notre réussite quelqu’en soient les termes pour chacune et chacun

    MarinaB

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */