Après le premier million d’euros : bilan et perspectives

A

Dans cet article , j’aimerais partager certaines des leçons que j’ai apprises en vendant mon premier million d’euros via Internet pour ma plus récente entreprise. Je voudrais aussi partager un changement de cap personnel majeur que j’ai entrepris ensuite, et ce que j’ai dû mettre en place pour gérer à distance mon entreprise en ligne.

Après avoir lu cet article, laissez un commentaire ci-dessous pour donner votre avis et participer à la conversation !

Un parcours plein de rebondissements : De 0 à 1 Million d’euros

En mai 2010, quand j’ai créé mon site Le Marketeur Français, je n’aurais jamais imaginé la série d’événements qui se sont enchaînés. J’ai ri aux larmes, j’ai grincé des dents, j’ai frémi et stressé par moments au-delà de tout ce que j’avais vécu avant.
Mais au début, je souhaitais simplement partager l’expérience que j’avais acquise en développant mon activité de coach en séduction (340 000 euros de chiffre d’affaires dans sa dernière année d’activité, ce qui en faisait le leader français avec 100 000 abonnés à la newsletter et 1 million de spectateurs Youtube.)

J’étais loin d’envisager l’investissement personnel que mon idée allait me demander. Les nuits blanches, l’angoisse de la page blanche, et même par moments la peur de réussir.

Je n’ai en général pas peur d’échouer dans un nouveau projet – je me dis que le pire qui puisse m’arriver est de revenir quelques mois en arrière. Mais ce qui m’angoisse souvent davantage, c’est d’imaginer ce qui risque de se produire « si ça marche ». Toutes les responsabilités à assumer, toutes les compétences à acquérir, si jamais le petit projet devient grand. Et, vous allez le voir dans la suite de cet article, j’ai été confronté à cette angoisse bien souvent à cause de ce « petit « projet de formation marketing.

Deux ans plus tard, cette activité « secondaire » de formation marketing m’accapare à plein temps et a vendu plus d’un million d’euros de produits et services. J’ai eu l’honneur de conseiller plus d’un millier de chefs d’entreprise avec mes formations et mon coaching, et le plaisir de communiquer aujourd’hui avec plus de 28 000 abonnés à ma newsletter marketing.

Évidemment, ce parcours ne s’est pas fait sans encombres. Dans cette newsletter, j’aimerais surtout insister sur 2 leçons d’humilité que j’ai tirées des épreuves traversées pendant ces deux années.

Le plus important : pouvoir contribuer

Contribuer en fournissant un service de qualité

Quelle que soit votre activité et ce que vous vendez, je pense qu’en tant qu’entrepreneurs ou chefs d’entreprise nous avons tous une activité de service.

Ce que nous vendons doit améliorer la vie personnelle ou professionnelle de nos clients.

Et si on y parvient, alors ce résultat doit être mesurable. Je suis convaincu qu’un vendeur doit pouvoir mesurer, évaluer, publier, les résultats de ses clients. C’est pourquoi je mets toujours en place un processus d’évaluation du progrès, et de récolte des témoignages, des clients.

Quand j’étais à la tête d’une école de danse, je filmais les témoignages vidéo des élèves et leurs premiers pas en salsa. (et même les prospectus que je glissais sur les pare-brises des voitures dans Nantes, portaient au minimum un témoignage écrit d’un élève)

« Je fais ce travail pour le petit Léo »

Quand je faisais du coaching séduction, j’avais une adresse email spéciale pour que mes clients puissent me raconter leurs progrès. J’ai même indiqué cette adresse dans mon livre « Séduire en 5 Secondes », et j’y reçois chaque semaine des témoignages d’anciens timides (comme moi) qui ont trouvé une copine, ou la femme de leur vie. Rien ne me fait plus plaisir que de recevoir un faire-part de mariage ou de baptême de quelqu’un qui dit « je n’en serais pas là sans ton livre ou tes vidéos ».

Je suis aujourd’hui parrain d’un petit garçon beau comme sa maman et bavard comme son papa (l’inverse est aussi vrai !) – Léo, qui a 3 ans et vient d’entrer en maternelle. Quand je fais une vidéo de « Drague TV », c’est à Léo que je pense, qui n’aurait peut-être pas été là si je n’avais pas conseillé et soutenu son papa quand il a rencontré une belle danseuse cubaine (la maman !) il y a quelques années.

Il y a, apparemment, aussi des couples qui se sont formés pendant mes cours de danse, et pendant mes séminaires marketing – mais là, je ne m’attribue pas le mérite ! et je ne suis pas sûr de pouvoir exploiter ce genre de témoignages sur mon site !

En récompense : l’outil marketing indispensable

Quand j’ai démarré mon entreprise, ma coach m’a dit cette phrase qui reste gravée dans ma mémoire :

    « Si un jour ta maison brûle, abandonne les bijoux, les photos de famille, et les gadgets.
Mais avant de fuir les flammes, emporte avec toi ton Livre d’Or et les témoignages de tes clients. »

Pourquoi ce conseil ?
Parce que les photos, de nos jours, sont numériques et peuvent être récupérées. L’or peut se racheter.
Mais les témoignages de nos clients ont une valeur inestimable.

Au-delà du plaisir personnel à recevoir ces témoignages, c’est aussi et surtout un atout marketing redoutable :

    1. Un témoignage donne une idée très représentative du profil de client que vous recherchez. Un témoignage ne prouve pas que le produit marche « pour tout le monde ». Il prouve juste que le produit a marché pour Monsieur X, 44 ans, boulanger à Rouen. Il va donc attirer l’attention des prospects qui ont environ l’âge de Monsieur X, sont dans un secteur d’activité similaire, et habitent en province. C’est donc un moyen subtil d’écarter les « mauvais clients »… et d’attirer le « bon » client et lui faire ressentir que vous pouvez l’aider.
      Dans mon cas, le « mauvais client » est l’internaute à la recherche de complément de revenus. Je suis bien conscient qu’il y a des personnes qui ont désespérément « besoin d’argent », et cela me fend le coeur de ne rien avoir à leur proposer, mais je préfère écarter ces personnes de mes formations car elles ne pourraient qu’être déçues. Je ne fais pas un jugement moral sur ces personnes (j’ai été fauché moi aussi et je sais l’effet que cela fait), mais le fait est que mes formations ne pourraient leur servir à rien.
      C’est pourquoi, non seulement je fais ouvertement passer le message dans mes emails, vidéos et blogs…. Mais surtout, quand je publie les témoignages de mes clients, comme par exemple ici, je mets bien en valeur que ce sont des entrepreneurs, des chefs d’entreprise avec une vision d’avenir à long terme.
      En évitant d’attirer les mauvais clients, je m’épargne aussi les remboursements à répétition, les prises de tête en service après-vente, et surtout, j’évite que des clients mal ciblés et mal choisis fassent fuir les clients à qui le produit est destiné.
    2. Un témoignage de client est la seule preuve irréfutable que votre travail, c’est du sérieux.
      La France est un beau pays, mais souffre d’une triste mentalité d’esprit de clocher : certains penseront toujours que leur succès est menacé par le vôtre. Pour eux, le seul moyen de réussir est de vous « battre », de dénigrer votre travail. Cela vaut dans tous les secteurs d’activité et c’est une triste réalité qui ne semble pas près de disparaître.
      Dans ces situations, plutôt que de rentrer dans une bataille de mots qui nuit à tout le monde (quelquefois à toute une profession), je suis convaincu que la meilleure défense est de montrer au monde la qualité de mon travail. De faire preuve de transparence sur l’avis de mes clients. Et c’est à cela que sert un témoignage.
      C’est pourquoi je me suis lancé un défi cet été : publier au minimum un témoignage différent de client dans chaque email que j’envoie à ma mailing list (exemple en image ici). C’est un défi qui a porté ses fruits, et c’est un des premiers conseils que je donne dans ma formation au marketing par email. Si vous parvenez à montrer à vos futurs clients, le succès et la satisfaction des anciens, vous avez gagné la bataille.
    3. Et enfin, quand j’ai pris le temps de questionner plus en détail mes clients, j’ai découvert qu’ils utilisent mes produits ou mes services de façon complètement différente de ce que j’avais prévu. Cela m’a ouvert de nouveaux horizons… et surtout, cela m’a donné l’idée de donner à mes autres clients un « mode d’emploi » motivant et encourageant pour qu’ils persévèrent dans l’utilisation du produit.
      Par exemple, dans ma formation Lancements Orchestrés, j’ai inclus dans chaque module des exemples concrets de Lancements réalisés avec succès par mes élèves. Et j’envoie régulièrement, environ une fois par semaine, une étude de cas complète où j’interviewe un client pour dévoiler les coulisses d’un Lancement réussi. Vous pouvez retrouver certaines de ces études de cas ici.

Ces études de cas ont une vraie valeur pour motiver, inspirer, et aider ceux qui en sont aux premiers pas. C’est un outil simple que je vous invite à mettre en place, que vous vendiez un produit électronique, un produit tangible, ou un service.

Changer le monde petit à petit en s’impliquant dans une activité caritative

Il y a bien longtemps, j’ai pris la décision de donner 5% de mes revenus, alors que je ne gagnais presque rien. C’était juste avant de créer mon activité de coach en séduction, et je ne touchais pas plus de 100 ou 150 euros par mois avec des petits boulots.
C’était à la fois une décision difficile (je n’avais absolument pas d’excès d’argent !) mais aussi une décision qui ne m’engageait pas à grand-chose, seulement quelques euros par mois, donc j’ai fait ce qu’il fallait pour m’y tenir.

Je suis convaincu qu’un des meilleurs moyens de réussir est de nous fixer des objectifs qui ne profitent pas qu’à notre petite personne.
Il faut voir plus grand.

D’ailleurs, selon T. Harv Eker, c’est l’un des principes essentiels pour bien gérer votre argent (Harv mentionne d’ailleurs la « règle des 5% » dans son livre.)

Rien qu’au cours des deux dernières années, ma plus grande fierté est d’avoir pu aider à rassembler plusieurs dizaines de milliers d’euros pour des associations et des organisations qui rendent le monde meilleur, chacune à leur façon. Je dis bien « aider à rassembler », parce que c’est là que réside la beauté du marketing en ligne : plus mon audience s’élargit, plus je peux mettre en avant les idées, les causes, qui me sont chères, ou des causes soutenues par d’autres, mais qui me touchent – une façon simple de doubler ou décupler ce que je peux donner personnellement.

L’association que je soutiens avec ferveur est Toit à Moi, un projet unique dans le monde de l’humanitaire parce qu’il s’agit de reloger des sans-abri et de les réinsérer, avec un modèle basé sur une véritable approche d’entrepreneur. Lors d’une remise d’un chèque à l’association pendant un de mes séminaires, j’ai donné la parole au président de l’association.
Vous pouvez découvrir ici la vidéo, et le projet ambitieux de cette association que je vous recommande de tout cœur.

Une leçon d’humilité apprise en 2011, et qui m’a bien servi en 2012

Je ne voudrais pas non plus laisser entendre que tout a toujours été rose, et que ces 2 années ont été un parcours sans encombre au pays des Bisounours.

La fin 2010 a été une époque marquante parce que c’était le tout début du Lancement Orchestré.
Et au grand dam des sceptiques qui trouvaient le marketing en vidéo « trop américain », et avaient prédit un échec retentissant, j’ai accueilli 75 participants à la formation Séduire Le Client, puis 100 lors de la seconde session.

2011 était donc l’année où la formation devait faire ses preuves. Cela a été un processus à la fois passionnant et très éprouvant. Transférer ma pédagogie habituellement destinée à des séminaires, ateliers, ou cours en face-à-face, sur des vidéos, n’était pas évident.
J’avais de bons retours des membres mais je voulais sans cesse améliorer la forme pour qu’elle devienne un meilleur support pour le fond.

C’en est devenu une obsession. Vingt fois au métier j’ai remis mon ouvrage, et le fait d’offrir un coaching régulier de 2 heures aux membres de la formation m’a permis de bien mieux comprendre leurs attentes et leurs besoins.
Au final j’ai ré-enregistré plusieurs fois le contenu des premiers modules, et refondu le site de e-learning à mesure que je récupérais les retours et les témoignages des clients.
Au bout d’un moment, j’ai fini par trouver une structure, une façon d’enseigner, qui me plaisait.

Mais j’avais oublié un élément essentiel.

L’importance du contact humain

J’ai appris au cours de cette première année de formation que le contenu n’est pas suffisant pour faire une formation réussie.
Et ce, même avec le meilleur accompagnement ou le meilleur coaching.

Mes clients se sont mis à réclamer une chose toute simple. Une chose qui n’avait que peu de chose à voir avec la formation proprement dite, mais qui était essentielle pour pouvoir profiter pleinement de la formation : un vrai support client.

J’ai vite réalisé que, même si je pouvais former sans ciller plusieurs centaines de personnes et assurer le coaching en vidéo, je ne pouvais pas gérer simultanément toutes les petites questions qui surviennent « à côté » : « j’ai perdu mon mot de passe », « le formulaire ne marche pas », « je ne sais plus dans quel module se trouve telle vidéo », « je ne reçois plus les emails… »

Ce sont de tous petits détails, mais des détails qui peuvent ruiner l’apprentissage d’un cours en ligne si on n’a pas une réponse rapide.

Donc pour que mes formations ne soient pas de simples « produits », mais bien un service rendu avec la meilleure qualité qu’on puisse attendre, j’ai décidé d’élargir mon équipe.

J’ai recruté et formé des collaborateurs pour m’assister, et cet investissement a été une grande bouffée d’air au fil de l’année – surtout pour mes clients !

L’outil qui nous est le plus utile (après plusieurs essais) c’est Livechat, qui permet aux clients de résoudre leurs soucis en quelques minutes. Même en cette période de fêtes, ma collaboratrice Emelyne assure une permanence pendant les après-midi de semaine pour que les clients puissent nous contacter en direct depuis le site de formation.

Pour quelqu’un comme moi qui a tendance à foncer en avant tout seul, créer une équipe était un changement plutôt stressant.

Pendant 3 ans, mon équipe était composée uniquement de mon incroyable assistante Caroline et moi-même – alors que pendant le pic d’activité à la mi-2012 nous étions 8 : J’ai dû changer ma façon de prendre des décisions et de les communiquer, apprendre à mettre en place des réunions régulières, et surtout créer des procédures pour former toutes ces nouvelles recrues.

Au final, 2012 aura été une vraie aventure humaine pour moi, aventure qui a culminé avec le lancement de la formation Lancements Orchestrés pendant l’été.
En plus de devoir coordonner les actions de l’équipe, la subtilité de cette campagne était de faire un Lancement Orchestré au sujet des Lancements Orchestrés : il fallait vendre, tout en expliquant la méthode utilisée pour vendre ! Une vraie épreuve de transparence.

Une nouvelle leçon d’humilité qui me tient à cœur pour l’avenir

Après avoir amené en France le concept des Lancements Orchestrés, et avoir enseigné cette méthode à plusieurs centaines d’entrepreneurs, j’ai rencontré un nouveau défi : un problème de communication.

Une certaine confusion s’est installée, et j’ai pu voir que plusieurs personnes extérieures à la formation avaient du mal à discerner la différence entre la méthode (le Lancement Orchestré) et les produits vendus au cours des nombreux lancements qui ont désormais lieu sur le web.

Pour moi la leçon est claire : j’ai un vrai travail d’éducation et de patience à entreprendre pour dissiper les malentendus.
Comme il y a en ce moment même des Lancements qui ont lieu dans des thématiques incroyablement variées, à tous les niveaux de prix, je profite de mes études de cas pour montrer aux inscrits à ma newsletter que non, on n’a pas besoin de vendre un cours marketing pour faire un Lancement, et non, le produit n’a pas besoin de coûter cher pour être vendu avec un Lancement.

Quelquefois, on se laisse trop captiver par les gros chiffres réalisés par un petit nombre de Lancements mémorables, et on en oublie le plus important :
L’intérêt d’utiliser le marketing sur Internet c’est avant tout de pouvoir créer une relation forte avec le client AVANT qu’il achète, et de pouvoir créer l’envie autour du produit AVANT de le proposer à la vente.

Si vous comprenez ce principe, et que vous l’associez à une Offre Irrésistible, alors votre succès est quasiment garanti, même sans avoir suivi la moindre formation.

C’est pourquoi j’ai décidé de mettre l’accent désormais sur ce travail de communication que j’avais un peu négligé en 2012 : montrer ces valeurs de partage et de contribution qui permettent le succès d’une entreprise en ligne.

Mon projet personnel en 2013 : faire le Tour du Monde

Comme mon entreprise s’était affirmée sur des bases solides, j’ai pu me consacrer à un projet que ma compagne et moi avions conçu depuis longtemps : faire un voyage autour du monde.

On a discuté et réfléchi à ce projet pendant de longs mois, car partir en voyage pendant la moitié de l’année signifie une organisation complètement différente de mon activité.

Je n’ai donc organisé aucun séminaire à Paris jusqu’à la fin 2013, et j’ai choisi de concentrer mes efforts sur les membres de mes formations en ligne, notamment Lancements Orchestrés, pour continuer d’assurer le coaching en ligne en vidéo.

Comment gagner plus en gagnant moins

Puisque je serais être absent pendant 6 mois de l’année, mon chiffre d’affaires allait être d’à peu près la moitié de son niveau actuel.
On pourrait donc voir cela comme un pas en arrière, pourtant il n’en est rien : j’ai réalisé davantage de marge sur ces 250 000 euros, que sur les 500 000 euros de l’an dernier.
 Pourquoi ? Parce que sur les 2 premières années de mon activité, j’ai fait de très gros investissements, un véritable pari sur le futur qui allait payer les années suivantes.

Si le chiffre d’affaires est un indicatif important de la santé d’une entreprise, le résultat (le profit) en fin d’année est une véritable unité de mesure de son succès. 
Je compte donc récolter au cours de cette année, les fruits des investissements que j’ai discrètement prévus auparavant.

Vivre un rêve… sans vider la tirelire

J’ai vraiment eu à cœur de garder une vision réaliste de mon projet : ma compagne et moi avons établi un budget, économisé pendant longtemps, et préparé la transition car nos deux revenus seraient évidemment réduits pendant cette période.

Je devine déjà que certains se font l’image idyllique d’un voyage de rêve dans des destinations magiques. Et, en effet, je comptais bien faire de ce voyage un souvenir inoubliable ! Mais je pense que l’important est de savoir garder la tête froide : tandis que beaucoup de gens s’imaginent gagner une fortune sur le Web du jour au lendemain et ensuite, partir en virée au soleil, nous avons choisi une voie différente. Économiser, patiemment, chaque mois, pour pouvoir vivre notre rêve sans en faire une dépense extravagante. 
(À titre d’exemple, beaucoup des lecteurs de cet article ont une voiture. Je n’en ai pas. L’argent que vous avez investi dans votre véhicule représente davantage que le total des billets d’avion de mon voyage.)

Pour accomplir ce projet, j’ai donc effectué des changements dans ma façon de m’organiser et de fonctionner avec mon équipe.

Nous avons par exemple basculé sur un expert comptable entièrement en ligne. Skype est devenu l’outil privilégié de communication avec mes collaborateurs. Et, pour m’assurer de pouvoir sécuriser ma connexion à mes sites quand je serai en déplacement, j’ai fait appel à un consultant en sécurité informatique, qui m’a formé aux réflexes et outils essentiels (ainsi que mes clients, à qui j’avais offert de participer à cette session).

Ce que je devrai (ré)-apprendre au cours des prochaines années

Mon plus gros défi personnel est donc de profiter des rencontres que je ferai tout au long de mes périples… De me sortir le nez de mes bouquins de marketing et de mon ordinateur.

En 2005, j’ai découvert qu’il fallait que je sorte le nez de mes livres d’ingénieur et de mon ordinateur – pour sortir davantage, vaincre ma timidité et faire des rencontres. Et cela a été une aventure personnelle formidable qui m’a fait rencontrer la femme de ma vie, découvrir la salsa, devenir professeur de danse latine, puis coach en séduction.

Je suis sûr que l’avenir sera tout aussi marquant – à la fois dans le monde réel avec les expériences formidables de mes voyages, et via Internet avec le nouveau groupe que je vais bientôt accueillir dans ma formation et que je compte accompagner avec le même succès que la promotion précédente !

Et vous, quel est votre défi à relever ?

Quel serait l’objectif idéal que vous voudriez atteindre si l’année à venir se passe à merveille ?
Comment comptez-vous allier le développement de votre entreprise, avec vos projets personnels ?

Partagez ce défi que vous rêvez d’accomplir : Laissez-moi un commentaire ci-dessous !

Je consulte tous les commentaires et je serai très heureux de lire le vôtre !

Sébastien

Au sujet de l'auteur

Le Marketeur Francais

Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

Sébastien est l'auteur du livre "Le Chemin Vers le Sommet" que vous pouvez lire en cliquant ici.
Il est également connu pour avoir introduit sur le Web français la fameuse méthode des Lancements Orchestrés, qui permet de générer jusqu'à un an de chiffre d'affaires en l'espace d'une semaine pour votre activité !

Déjà 7 commentaires

  • 2013, cette merveilleuse année a déjà bien commencé car j’ai trouvé ma voie, ce que je veux faire et comment je veux gagner ma vie. La formation LO va me permettre d’y arriver, et j’espère que d’ici fin 2013 tout ça sera concret et rentable, ce serait mon année idéale !
    Profitez bien de vos vacances, de vos visites, j’ai fait le tour de l’Australie en 2011, et la sensation de liberté, de plénitude que j’ai ressenti et que je ressens encore aujourd’hui ne me quittera jamais ! Ça m’a ouvert l’esprit et redonnait confiance en moi 🙂 Allez, je retourne à la formation 🙂 Bonne vacances !

  • Un témoignage qui donne envie de franchir des montagnes !!! merci Sébastien… Mon défit pour l’année à venir : maintenir mon activité (voire même la développer) tout en agrandissant ma famille. Il y a deux ans je me disais que c’était impossible. Aujourd’hui, en partie grâce à ton témoignage au sujet du tour du monde, je me sens capable de relever le défit !

  • Bonjour
    Tres curieuse du parcours qui est le votre!
    Je dirige une association intermédiaire : je fais de la mise à disposition de personnel à titre onéreux mais non lucratif pour des oublis éloignés de l emploi
    L conjoncture est difficile et pour répondre à ma mission d Insérer professionnellement les personnes je dois développer mon activité économique
    De formation en marketing et en stratégie je tente des choses mais rien de formidable ne s ensuit
    Je serai intéressée de savoir de quelle manière vous pourrez m aidera développer et à innover
    Bien cordialement

    • Bonjour Frédérique,

      je me présente Marc, conseiller en développement d’entreprise dans l’équipe de Sébastien Le Marketeur Français.
      Je vous propose que l’on discute au téléphone de votre association afin que je puisse répondre à vos questions et que l’on voit ensemble comment nous pouvons vous aider à développer votre activité.
      Je vous conseillerai sur la manière dont vous pouvez appliquer les enseignements de Sébastien dans votre situation.

      Vous pouvez me joindre au 0970445544 ou de l’étranger au 0033 970 445 544.

      Si je suis en rdv ou en communication lors de votre appel, laissez-moi un message avec vos disponibilités et je vous recontacterai à un moment ou vous êtes facilement joignable.
      Vous pouvez également m’envoyer vos disponibilités par email à l’adresse marc.murcia[at]toutchange.fr et je vous proposerai un rdv téléphonique.

      Bonne journée,
      à très vite,

      Marc

  • Bonjour, Quand on a pas démarrer son entreprise et qu’on cherche encore par quel bout commencer, voir votre succès celà parait… comme un rêve. Mais un rêve dont j’ai l’espoir de concrétiser. Merci Sébastien pour l’exemple qui inspire.

  • Bonjour,
    excellent article où je me reconnait dans les peurs de construire une
    affaire et surtout qu’elle marche, ce sont des nuits d’angoisse en ce qui me concerne. J’ai été mort de peur dans les affaires que j’ai monté et qui ont marché, c’est donc une double peur à chaque fois sans compter que je n’ai guère de chance et qu’il fallait que je ne compte que sur moi, n’ayant pas le « pif » de l’embauche, ce qui, d’ailleurs, m’a coûté très cher. Il n’empêche qu’à chaque fois j’ai tellement envie de foncer que je repars en me disant que cette fois là sera différente avec l’expérience acquise : J’essaie de repartir maintenant à l’age de 82 ans passés et je réagis toujours pareil… Et c’est pour cela que je travaille encore comme un fou à essayer d’avaler la petite merveille : « LA MACHINE A VENDRE » de Monsieur SEBASTIEN. J’ai vraiment la peur au ventre depuis que je travaille dessus. « J’y crois » autant qu’avant et espère encore me faire plaisir…Même s’il y a beaucoup d’angoisse. Même si je n’atteins pas le million d’euros, j’aurai essayé de faire une chose qui me passionne pratiquement depuis ma naîssance.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */